Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contact

Amandine Chapuis
americ_chapuis@yahoo.fr

Le récit édité chez Transboréal

 couverture.jpg

 

Au coeur de l'Inde

4400 km à pied du Kerala à l'Himalaya

 

 

ed. Transboréal

Paru en 2009

 

Le parcours détaillé

Itinéraire sur Google Maps au jour le jour...

13 mai 2006 6 13 /05 /mai /2006 12:40

Une fois n'est pas coutume, commencons par le topo kilometrique! 3000 kilometres tout fraichement passes, Sans meme nous en rendre compte... si j'ose dire! Ce n'est qu'en arrivant a Udaipur qu'en verifiant le compteur (notre podometre) que nous l'avons decouvert!
Un si long silence pour si peu de kilometres, vous diriez-nous! En effet, les plus assidus ont peut-etre remarque une "baisse de regime"; notre moyenne mensuelle d'environ 550 Km, n'a pas ete respectee! L'explication est simple: le visa indien etant de 6 mois uniquement, nous sommes alles nous promener au Sri Lanka pour mieux revenir en Inde, un nouveau droit de sejour en poche! De plus, nos parents, en visite dans la region, nous ont "accapares" quelques jours supplementaires, le temps de faire un "check-up" complet et d'obtenir, la aussi, notre droit de rester! C'est donc reparti...
Topo Kilometrique : 3024 Km
Topo des etats traverses : nous sommes entres dans le Rajasthan apres Gujarat, Maharashtra, Goa, Karnataka, Kerala et Tamil Nadu.

 

Marcher pour photographier
Pour les amoureux de l'objectif et les fanas du clic-clac, l'Inde est un paradis. Enchantement des couleurs et de la fluidite des saris, expressivite de ces portraits d'hommes et de femmes, sans parler de ces scenes de vie apercues dans l'entrebaillement d'une porte ou au milieu de la rue!
Et pourtant, ce paradis peut tres vite se transformer en veritable calvaire...

-"One shot, please"
-"take one picture", clignement d'oeil et mouvement de l'index en option!
Derriere la grande cooperation de la population indienne face a la camera, se cache un vice!
Pas de demande d'argent, ni meme de la photo... le plaisir est ailleurs: se sentir star sous les feux du flash, jouer a l'acteur de Bollywood, ou simplement etre regarde, le temps de quelques secondes. Voici comment on cree du plaisir dans l'Inde non-touristique (le tourisme introduisant un biais)!

Pourquoi alors parler de vice?
Une image me revient; ce gamin ouvrant la porte a la sortie d'une mosquee. Il est surpris de nous voir; je remarque que le fichu qu'il porte noue sur la tete, en guise de couvre-chef pour la namaz (priere musulmane), est en fait le drapeau americain...
Pas le temps "d'armer" mon appareil... le garcon s'excite en appelant ses copains qui ne tiennent pas dans la petite ouverture; ils crient, gesticulent en passant devant les copains jusqu'a me marcher sur les pieds. Et moi, j'ai perdu de vue mon representant de la paix!
L'appareil photo tue la photo. Les exemples sont nombreux de prises ainsi avortees par la perte de l'authenticite de la photo, des l'instant ou l'engin est repere.
Certains se recoiffent, retirant le turban qui faisait l'objet de la photo, tandis que d'autres prennent la pause, lachant ainsi leur activite, et gachant la mienne!

Pas toujours facile d'etre photographe en Inde... surtout quand, apres les 30 kilometres quotidiens, s'offre l'eventualite d'une photo... on devient faineant! 50 metres de plus a faire, le sac toujours sur le dos, et sans se faire remarquer, s'accroupir, mais non, se relever legerement, attendre l'instant magique pour enfin tirer: "clic"!
En depit de cette lourdeur apparente, la marche beneficie d'une souplesse d'execution! Pas de bus a arreter, pas de fenetre a ouvrir! Surtout qu'en Inde, les scenes de vie ne sont pas cachees comme dans nos societes occidentales. Ici, la vie s'etale dans la rue; le moindre evenement est public, a portee de regard ou de "clic", dans un pays qui ne semble connaitre ni la pudeur ni l'espace prive.
Rares sont les lieux et les instants en Inde qui ne soient pas remplis d'humanite -ou d'inhumanite! Que ce soit le regard transpirant d'amour d'un grand-pere tenant son petit-fils, la joie de cette travailleuse chantant et presque dansant sur ce camion ou elle tassait le coton, ou encore cette femme croquant rageusement dans une canne a sucre, le regard dans le vide...

Et comment oublier cette seance photo, d'une star indienne ayant embaucher des photographes indiens et me proposant d'en faire partie au cas ou je ferais de meilleures photos! Nous sommes a Ellora Cave (une exception touristique en dehors de notre marche, sous le conseil avise d'indiens) au milieu de caves sculptees par des bouddhistes, hindous et jains, et voici notre top model en costume traditionnel en train d'imiter les postures dansantes des dieux representes derriere elle dans la roche! Ces photos, et plus encore, son souvenir, donne de la saveur et du raffinement a une Inde que l'on aurait vite fait de reduire a sa rudesse et sa poussiere! Que dire des ces palais de Rajputs, aux multiples persiennes, dentellures et autres arcades par lesquelles la "photographie" devient un jeu de cache-cache avec la lumiere pour reprendre sa fonction originelle: "ecrire la lumiere"!

Certaines images ont imprime la pellicule (pour ne pas dire les capteurs numeriques!), parfois avec toute l'emotion degagee par ses protagonistes. D'autres sont gravees dans ma tete sans que j'ai pu appuyer sur le declic; elles n'en sont que plus belles, trop intimistes sans doute, mais cela permet de poursuivre le voyage...


Ecrit par Amandine a Udaipur le 13 mai 2006

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Maman d'Amandine et de Séverine ! 01/06/2006 09:29

Tout cela donne vraiment envie non pas de photographier  en "touriste" mais de faire des photos qui racontent quelque chose... On a donc hâte de voir  le résultat d'une telle passion dont on devine toute la force, la subtilité et la sensibilité, rien qu'à te lire Amandine! Faute de ramener des photos de "pro" on a cependant ramené de là bas suffisamment de souvenirs à raconter pour donner à Séverine l'envie d'en écrire quelques vers!Je voudrais, à ce propos, juste apporter une petite explication à son joli poème: A la lire, on pourrait croire en effet qu'elle revient de ce pays indien, foulé depuis des mois par nos marcheurs!!! Mais en fait, elle voyage là bas par procuration, inspirée par toutes les sensations vécues et transmises par Amandine et Eric dans leurs mails réguliers et plus récemment par les impressions rapportées par son frère d'abord et ses parents ensuite, rentrés récemment d'un petit voyage auprès de nos héros indiens ! Une chose est sûre: c'est très proche de ce que j'aurais voulu écrire à mon retour, mais en beaucoup moins bien! Merci Amandine et Eric et merci aussi à Séverine

Séverine 26/05/2006 09:48

Ils vous accueillent avec un immense sourireEt mettent un point d'honneur à pouvoir vous offrir Le peu qu'ils ont et même tout ce qu'ils n'ont pas:L'hospitalité honore celui qui reçoit.Ce qui pourrait au mieux décrire La Marche IndienneCe serait tout d'abord ces relations humaines;Mais l'Inde c'est aussi l'exaltation des sens,Les odeurs, les sons, une atmosphère plus denseQui enchante mais qui parfois aussi agresseSi on ne la regarde pas avec tendresse.Et ces épices qui relèvent tous les plats,Les couleurs vives des saris qu'on n'oublie pas,Qui font des habitants les modèles rêvésDe photos instantanées ou sollicitées.